Tim Winsé: Ne jouons pas aux ignorants

Je m’interroge régulièrement sur le comportement de certains de nos acteurs culturels face à certaines situations déplorables. Ils sont tellement conscients de la gravité de certains faits et actes qui se posent dans notre secteur, mais jamais ils n’en parlent ouvertement pour juguler le problème. ça murmure, ça calomnie, ça chambre ou encore ça ridiculise.

Tim winse

C’est le cas déplorable que je constate depuis plus d’un an avec l’artiste talentueux Tim Winsé. Pour les plus avisés et les plus proches de lui, ils savent que notre rossignols tradimoderne n’est pas d’appoint. Je ne suis pas médecin encore moins charlatan pour m’incruster sur l’état de sa santé ou sa vie privée, mais il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Tout le monde en parle mais personne ne veut aborder le sujet ouvertement.

J’ai rencontré l’artiste tout à l’heure dans les rues de Ouaga dans un état assez déplorable et j’ai eu franchement mal au cœur.

J’exhorte les uns et les autres à s’appesantir sur son cas. N’attendons pas qu’il se fasse tard pour après faire des éloges au CENASA ou à la Maison du peuple avec des larmes de crocodile.

Pour ceux qui ne le connaissent pas pas, Tim Winsé était le Victor Demé des années 2000. Il a fait le tour du monde et je pèse mes mots! il a presté sur les grandes scènes de la planète même en Israël. Son instrument de prédilection est l’Arc-à-bouche. Il est une bibliothèque vivante de la musique Samo et burkinabè en particulier.

Il a participé en 2000 au collectif musical international « SONO DE VILLES », qui réunissait des musiciens burkinabè (WINSE, BIL AKA KORA et ISSOUF KIENOU) ivoiriens et français, où il a enregistré un disque, et créé son groupe : LE WASSAMANA. Il avait fait à l’époque appel aux meilleurs instrumentistes comme Alain Nyame (basse) ; Ablo Zon (batterie) ; Seydou Sangare (guitares) ; Ben Kporha (claviers) et Simon Winsé (percussions). Ensemble, ils ont développé un style unique, fusion de rythmiques samo et de sonorités modernes teintées de jazz. Bref, UN GROOVE ORIGINAL ET INCLASSABLE, mélodique et dansant.

En 2003, TIM WINSE ET LE WASSAMANA se produisent sur la scène de Jazz A Ouaga et éveillent l’intérêt du public. Il sortira un an plus tard le premier album « ZESSA » . Les succès se sont multipliés partout….

Je me souviens des célébrités comme To Finley, Issa Sanogo, Founy Faya…qui n’ont pas assez bénéficié ou ne bénéficient pas de notre assistance sanitaire et autres.

Donc de grâce, s’il faut que nous tirons la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard, faisons le!
Jabbar!

Categories: Chroniques,La plume de Jabbar

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.

Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!