Spectacle « Ragandé ». Et KPG instaura le conte dans nos habitudes

La grande nuit du conte à travers le spectacle « Ragandé » (ne dors pas), organisée conjointement par la structure de promotion culturelle Koombi Culture et celle de management Vision Parfaite, fut plus qu’un succès, le 2 août 2019 au CENASA à Ouagadougou (Burkina Faso). Les 500 âmes qui ont pris d’assaut la salle de 600 places assises cette nuit-là, n’ont pas suivi du conte comme annoncé. Ça l’était encore plus.

Tout est parti d’une idée entre deux acteurs culturels. Au départ personne n’avait imaginé un tel scénario. A force d’y croire, car très déterminés, ils se sont levés comme un seul Homme malgré la rareté des ressources pour réussir un exploit spectaculaire. L’objectif était d’accroître la visibilité du conteur KPG dans son propre pays.

Le spectacle « Ragandé » était une mise en scène intégrant plusieurs disciplines à la fois : musique, chant, rap, slam, conte et légende … C’était simplement de la maîtrise de la parole symbolique saupoudrée d’histoires, de légendes, de mythes, de proverbes sur fond de comptines.

L’international conteur burkinabè KPG et ses invités, la bouche de l’Afrique et conseiller culturel direct de du Président Macky Sall, le Docteur ès Lettres, Massamba Gueye du Sénégal ainsi que l’émérite conteur guinéen Moussa Doumbouya dit Petit Tonton se sont lâchés artistiquement. Ils étaient au sommet de leur art cette nuit-là. Dez Altino, l’autre invité spécial a émerveillé plus d’un. Il a emporté ses adeptes dans un univers artistique inhabituel en produisant des frissons chez certains. Le « Prince national » a joué, chanté et conté. C’était une première dans sa vie professionnelle artistique. Il fallait y être pour le vivre également. KPG quant à lui, a donné tout le meilleur de lui-même et en vrai professionnel.

Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango et le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré ont tenu à suivre de bout en bout le fil du spectacle pendant les deux heures chrono. Ils étaient accompagnés des sommités du monde culturel, Issaka Sawadogo, Martin Zongo, Seydou Boro, Aristid Tarnagda, Salif Sanfo,… C’était un public hot qui a effectué le déplacement sans aucune invitation (puisqu’il n’y avait pas).

L’évènement fut un succès parce qu’il y a eu des gens qui ont cru à ce projet. Pour un budget estimé à plus de 8 millions de franc CFA, les organisateurs ont pu le réussir sans sponsors ni bailleur de fonds étranger. Il a fallu compter sur la bonne volonté des uns et des autres.

Massamba Gueye est venu en première classe. Petit Tonton a supporté les frais de son billet d’avion. Dez Altino n’a réclamé aucun cachet ni pour les répétitions ni pour le spectacle. Que dire des sacrifices des cinq (5) musiciens accompagnants (Oussou Ouédraogo, Eric Yelkouni, Arouna Coulibaly, Sissoko, Jean Charles Zabsonré) ainsi que Issa Maïga Bassitey qui ont respecté en toute humilité la rigueur dans le travail ?

Il y a eu de la satisfaction morale et artistique car le public s’est merveilleusement amusé. C’est pourquoi certains continuent de réclamer une suite à cet évènement. L’objectif est atteint et l’écho est si favorable. KPG a su instaurer dans les habitudes des gens désormais l’intérêt du conte dans nos vies.

Malick SAAGA

Categories: Chroniques

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


5 + 2 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!