Floby au Queen : “Ramatoulaye était mon photographe”

“La Nuit des Retrouvailles” c’est désormais le nouveau rendez-vous des vacanciers noctambules friands de boîtes de nuit et de beauté nocturne.

Gap Manadja ou encore appelé Comandant Bois Diabate et surtout Lemassa Djjeff viennent de mettre en place, un concept qui est sensé rassembler tous les vendredis, du côté du Queen Night Club le gotha des acteurs du showbiz avec en toile de fond, nos célébrités nationales en matière de musique en prestation play-back.

Pour le lancement qui vient à peine de s’achever ce jour 22 juillet, c’est le célébrissime Floby qui était l’artiste invité et c’est lui qui a donné le ton que prendra ce concept pendant les vacances.

C’est aux environs de 1h Du matin que la clique de la Floband composée de: Barca le 10, Yannick Yanick, Ismo Vitalo, Zongo Abbass, Weezy, les danseurs, la sécurité rapprochée et les accompagnateurs ont fait leur entrée dans cette somptueuse boite de nuit bondée de monde sous le tohu-bohu des fans avec la complicité des platines de DJ Jeff.

C’est Maestro Lefeseur Destars à qui on avait confié le “toc toc” du micro pour cette soirée. Comme un tel événement ne peut se dérouler sans la présence d’une palette d’artistes invités avant l’entrée en matière de l’hôte de la soirée, des auteurs compositeurs tels que: Michouana (toujours à la recherche de ses repères), Bethéo Berenger (en quête de visibilité, pourtant il a du cran), N’teny Wèboussono (qui tergiverse dans le choix des titres à promouvoir), Weezy(qui aura parfaitement tiré son épingle à cette soirée), Barca le 10 (toujours en fin opportuniste avec ses feats) , Yannick La Douceur (toujours à la recherche de sa propre identité musicale)… Se sont succédés sur la piste de danse sous le regard curieux des Hommes et Femmes de nuit.

C’est l’intervention spontanée du comédien chanteur Ramatoulaye qui aura haussé le mercure dans la pièce. En effet, ce dernier a été à la fois comique et hâbleur lors de son intervention. D’aucuns ont diversement compris son homélie comme étant une blague de mauvais goût. Car il a, à maintes reprises scandé à côté du nom de Floby, le terme “bâtard”. Une manière de l’interpeler de façon hilarante. Ce qui m’a personnellement fait trepider, tout comme le boss du Queen, qui s’est approché à mes côtés pour se rassurer s’il avait vraiment dit “bâtard Floby”. Mais le “Baba” n’a pas hésité dans sa réplique. Pendant son show, il a fait savoir à ses adulateurs que Ramatoulaye a été pendant longtemps son photographe. “Il me suivait partout où j’allais lors de mes prestations pour me faire des photos”. Une ambiance à la fois bon enfant et aussi teinté de doses de pitreries entre les deux hommes.

J’ai été particulièrement enchanté quand Florent Belemgnegre, d’entrée de jeu, à entonné le tube “Wedo” en ces termes : “…Raconte moi tes victoires, dis moi ce qui ne va pas, je te dirais les échecs sur mon chemin, moi j’ai marqué des pas… Dis moi toutes tes histoires et même celles qui ne sont pas, je te dirai la mienne, et même celles qu’on ne dit pas…”. C’est tout en frissonnant que j’imitais soit la guitare basse, soit le clavier qui jalonnait cette brillante mélodie. Même la présence de Marex Zender à mes côtés me rendais insensible.

Visiblement ému et satisfait du succès de cette soirée, le boss du Queen Night Club, a spontanément introduit sa main dans sa poche et a fait sortir un billet de 10.000FCFA qu’il a gentiment remis à DJ Jeff en guise remerciement. Tandis que Floby continuait à faire extravaguer les nombreuses gonzesses ultra sexy qui venaient l’en lasser sur scène, selfi et câlins faisaient bon ménage.

C’est par les galipettes “roukasskass” de ses danseurs au rythme effréné de “salade braisée” que le KUNDE d’Or 2010 a commencé inexorablement à prendre congé de son public. Mais pas avant d’avoir entonner en chœur le tube tant attendu “Baba”.

“Dites à tous les enfants qu’il est temps de faire dodo… C’est toi qui fais la bouche, tu n’as rien dans la poche, tu joues les connaisseurs, tu n’es qu’un tricheur, c’est toi qui te la pètes, tu n’as rien dans la tête, tu joues les dangereux alors que…”

Et Papus d’ajouter plus loin dans ce tube: “Celui qui brûle les cimetières n’a pas peur du cri des fantômes”.
Le Chat !

Categories: Chroniques,La plume de Jabbar

Tags:

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.

Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!