Barsa 1er le 10 : Des featurings opportunistes

DJ Barsa 1erNon seulement, il est malin, mais également, futé et rusé ce Barsa 1er le 10. Ce n’est pas à tort ou par manque d’inspiration qu’il sort ces singles, mais plutôt qu’il est un fin observateur de la sphère musicale burkinabè.

Il a convié presque tout le gotha des faiseurs de musique «d’ambiance facile » le 20 mars 2017 du côté du bar dancing Wal Street pour la dédicace de son «maxi single » baptisé CONFIRMATION. Avec une animation exemplaire et plein de charisme dirigé des mains de maître par l’imprésario Marex Zender (qui me convainc de plus en plus), Imilo Lechanceux, Agozo, Ismo Vitalo, Yannick, Sofiano, Babcy La Réussite, Menfils Balla Yaaba et surtout le parrain Floby étaient tous de la partie.

Une salle pleine comme un œuf et surchauffée à bloc pour cette soirée dont raffolent les «faroteurs » et les friands de visibilité. On a assisté à une véritable pluie de billets de banque. Barsa 1er le 10, comme d’ailleurs, tous les artistes de cette tendance, s’est certainement frotté les mains après une telle dédicace. Je me réserve de vous donner le montant total de la cagnotte que l’artiste a empoché sur scène. Juste 2 chiffres : Ce n’est pas parce que la vente aux enchères du CD a coûté 40.000 FCFA qu’on dira que la soirée n’a pas été onéreuse et prolifique. Bien au contraire. Floby à lui tout seul, a remis séance tenante, aux bas chiffres, 100.000 FCFA à son collègue.

Affolé par toute cette pluie de billets, Barsa 1er le 10 n’avaient d’yeux que dans les poches de ses amis donateurs. Chaque liasse d’argent versée sur scène était farouchement contrôlée du regard par l’artiste. Il n’hésitait pas à avancer les chiffres au micro afin que son équipe de collecte ne le dupe pas au moment des comptes. «Je vous ai toujours dit que quand un parrain vient sur la scène, ne le chassez pas et n’enlevez pasDJ Barsa 1er2 vite le seau. Celui-ci devait donner 50.000 FCFA, est ce que vous avez vu ça ? » C’est la question que l’artiste a posé publiquement à son staff sur scène en pleine animation. Il avait à la fois la bouche collée au micro, mais ses yeux étaient rivés sur les 5000 et 10000 FCFA qui tombaient sur scène, tout en jouant le rôle de comptable. Preuve qu’une telle cérémonie où le bain de foule est fréquent, l’artiste doit «mettre l’œil sur son Djiè» (son argent).

Quant au contenu du single qu’il a appelé album, il est baptisé «Confirmation». C’est une sorte de compilation de ses différents singles et feauturings qu’il a enregistré depuis deux voire trois ans. Mais c’est celui qu’il a enregistré avec le Kundé d’Or 2010 Floby qui a été l’attraction première des mélomanes et invités de la soirée. «Toi a dit moi a dit» en feat avec Floby n’a pas dérogé à la tendance rythmique de Barsa 1er.

C’est là où intervient son côté opportuniste : Grand observateur de la scène musicale, il identifie au départ les artistes et les rythmes qui battent leur plein dans la cité. Avant-hier, c’était Sofiano, hier Dicko Fils et aujourd’hui c’est Floby. Après avoir identifié l’artiste, il décèle la note musicale phare de la musique de son collaborateur, qu’il amplifie tout en adjoignant, de l’ambiance facile teintée de «roukass-roukass ». Dans ce tube, Floby a apporté sa touche vocale digne d’un griot de temps modernes. Dès la première note musicale, c’est le terroir typiquement moaga qui annonce les couleurs. Le reste…c’est du Barsa 1er !

Mais, je suis resté sur ma soif quand, pendant que l’artiste entonnait les deux nouveaux tubes notamment «Aladji » en feat avec Awa Sissao, il ne cessait de scander au DJ d’accélérer la vitesse. L’arrangement ne rempli-t-il pas ses attentes ? Comment peut-on réclamer que l’on accélère un tube qui pourtant a déjà été mixé et masterisé ? Une jaquette qui laisse à désirer car la photo se confond avec cette image d’incrustation de fond. Cela ne permet pas de bien identifier l’artiste et les couleurs. Une jaquette certainement faite à la va-vite.

Jusqu’aSofiano1ujourd’hui, ces singles ont connu des succès retentissants, mais connaissant l’homogénéité et le côté inter changeant des œuvres discographiques, tous les jours ne peuvent pas être dimanche. Barsa 1er devrait songer à réaliser des maxi ou albums solo complets pour véritablement prétendre atteindre cette «Confirmation». Cinq titres pour 6 collaborations d’artistes. Sissao, Awa Nadia, Dicko Fils, Ali Spidi, Sofiano et Floby ont intervenu dans cet opus.

Fans de Barsa le 10, Fans de Floby et amateurs des scoops et des clashs noctambules, personne ne voulait rater cette occasion. Surtout l’arrivé de la «star» du moment, l’auteur de «Tu me connais». Il a fait son entrée dans ces lieux avec son «armée» lourdement «équipée» digne d’un «naaba» au vu de son intronisation. Sofiano, comme à l’accoutumé est resté égal à lui-même avec ses déclarations flatteuses à l’endroit de son mentor. Il a même modifié son look et sa coiffure pour corroborer à celle de Floby. Les autres artistes ont discrètement fait leur entrée dans la pièce sans tambours ni trompettes.

Afin de manifester davantage sa solidarité à l’artiste Barsa, le Wedo National a donné d’abord une prestation solo avant de participer au feat «Toi a dit moi a dit», sous un tohubohu interminable.

La prestation s’est achevée par ce concept spontané qui inonde les réseaux sociaux et l’opinion national en ce moment ; «le Tchatcho» ! C’est à l’unisson que son staff et l’ensemble de ses fans dans la salle, ont scandé le mot «Tchatcho».

Jabb’Art !

Categories: Chroniques,La plume de Jabbar

Tags: ,,,

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.

Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!