Universal Music Africa, quelle stratégie africaine à partir du Burkina Faso ?

Ils étaient si nombreux ces Burkinabè à acclamer haut et fort, la signature officielle entre Sony Music et la grande voix burkinabè nommée Hawa Boussim. Deux ans après, quel bilan peut-on dresser ? En tout cas, à l’heure, beaucoup se rendent compte de leur illusion.

Aujourd’hui encore, c’est Universal Music Africa qui frappe à nos portes. Les responsables de ce puissant major sont intéressés par les « potentialités musicales burkinabè ». Ils estiment que « la scène burkinabè est aussi intéressante que les scènes internationales, panafricaines ».

Et c’est pourquoi, ils se sont dirigés vers le Burkina Faso, afin, disent-ils, de « pouvoir donner la chance aux artistes burkinabè de s’exprimer avec les mêmes avantages et les mêmes outils que les artistes du continent africain ».

Ces mots sont du directeur général de Universal Music Africa, Moussa Soumbounou. Aussi, a-t-il précisé, lors de sa rencontre avec les hommes de médias burkinabè, « nous sommes là pour faire du business ». Voilà qui est bien dit et en toute sincérité.

En attendant de dévoiler très prochainement la liste de ces artistes burkinabè avec qui Universal espère travailler, il serait judicieux de s’interroger véritablement sur l’opportunité d’une industrie du show-business africaine à partir du Burkina Faso.

Quel rôle prépondérant peut bien jouer le pays des Hommes intègres et ses artistes dans ce nouvel élan ? De quelles potentialités musicales burkinabè évoquent-ils ? Le mimétisme musical ou la promotion du folklore ?

Il est assez perceptible sur l’echiquier mondial que le Burkina Faso n’est pas, jusque-là, une référence, musicalement parlant, plus que les Ivoiriens, les Camerounais, les Maliens, les Nigérians, les Congolais, etc.

Notre pays dispose d’une potentialité énorme certes, mais les industries culturelles locales et les acteurs locaux se sont plutôt focalisés sur une exploitation superficielle du terroir au profit de musiques importées valorisantes.

Alors sur quelle natte Universal va-t-il se poser ? Si, c’est du business en quoi le Burkina peut être un axe plus stratégique en terme de contenu commercial que les pays susmentionnés ? Les acteurs du domaine devraient se convaincre d’une réponse pertinente avant d’accepter toute coopération.

Aussi, que deviendrait ce showbiz local truffés de managers amateurs locaux burkinabè dans les rangs des puissants « show businessmen » ? Quelle position, occuperont ils, dans cette nouvelle configuration ?

Les artistes et tous autres acteurs concernés devront faire preuve de bon sens, d’un certain niveau d’instruction avant de s’engager dans cette nouvelle aventure plus ou moins mitigée.

Malick SAAGA

Categories: Chroniques

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


3 + 3 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!