AFROBEAT 2019, ce qui n’a pas été dit

Le succès médiatique et populaire d’un évènement comme le festival de Musique AFROBEAT peut paraitre hallucinant, mais en fouinant dans son contenu, le promoteur aura essuyé de nombreux revers de la part de certains responsables des structures qui devraient être censé l’accompagner et saisir cette opportunité pour passer leur message aux jeunes en ces moments d’anxiété.

L’égo de certains administrateurs vis-à-vis de la jeunesse risque être un frein fatal pour le développement de ce pays. Voilà un jeune qui a décidé de suspendre ses brillantes études universitaires pour se lancer dans la communication et les médias, qui se retrouve en train d’organiser, l’un des plus grands rassemblements de la jeunesse dans la capitale. Malgré ça, certains trouvent l’occasion de lui glisser les peaux de bananes sur son chemin.

Pendant cinq jours, le site du plateau omnisports de Tampouy avait changé d’attributs. C’est la musique et rien que la musique live surtout, qui avait donné rendez-vous aux mélomanes sur ce site. On pouvait compter 6.000 âmes par jour, mais lors de la grande apothéose du dimanche 31 mars avec la présence du KUNDE D’Or 2019 Floby, le chiffre a doublé. Record d’affluence à Tampouy selon certains.

Une douzaine d’artiste les plus répandus du pays ont été les principaux artisans du succès de ce festival. Certains malheureusement n’auront pas fait bonne impression. La pratique du live aura été un handicap pour la plus part. Malgré les conditions techniques au-dessus de la moyenne avec une régie à la limite conforme aux dispositions standards, certains artistes sont carrément passés à côté de la plaque.

Surpris certes, de l’aura que ce festival a eue pendant ces cinq jours, il serait judicieux que son promoteur Jean Marie Nabi Zopito songe à procéder par un appel à candidature. Les plus célèbres seront cooptés directement sans aucun critère précis. Mais les moins en vue, devraient faire l’objet d’un tri assez particulier. Cela y va de la crédibilité de ce festival et du professionnalisme des membres du comité d’organisation qui le compose.

Ce n’est pas à un festival d’une telle envergure qu’on doit venir apprendre. Le minimum vocal, on n’en possède pas. L’harmonie, le style et même le souffle, on ne maîtrise pas. Pourquoi donc faire du live ?

En parlant par exemple de voix :
La voix d’un artiste dépend de la qualité de préparation de son corps, qui lui, dépend lui aussi de son état d’esprit. Pour bien chanter, L’artiste doit être calme et doté d’énergie. Une belle voix ne se force pas. Quant au souffle, il doit être son carburant et sa vitalité. Mieux surtout, vous traitez votre voix, meilleure vous la rendriez.

Mais lors de cette édition, nous avons vu du tout : des aventuriers, des intrépides, des bons et des excellents. Idem pour les Maîtres de cérémonies.

En comprenant plus tard, la philosophie du comité d’organisation, c’est-à-dire laisser le maximum de MC monter sur scène et présenter leur savoir-faire : Une véritable cacophonie s’était installé. Chacun voulait montrer à la face de l’auditoire son savoir-faire. On se croyait à un concours de MC. Tous ont voulu s’exprimer et personne ne sait fait illustrer. Dommage également que le scénario annonciateur du Baba (Floby) n’aura été bien coordonné par les MC. On annonce un artiste de ce calibre, quand ces musiciens sont déjà en place. Dans le live, les musiciens et l’artiste n’arrivent jamais au même moment sur la scène.

Pendant que le MC égrène les éloges et le parcours de l’artiste, c’est en ce moment que les musiciens s’installent. Dès que le décor est planté, le MC passe à la vitesse supérieure pour annoncer la star. Mais malheureusement le célèbre Maestro Lefeseur Destars et sa consœur Nelly Laeti Angra ont fait l’inverse, malgré qu’ils n’ont pas démérité. Vocalement et visiblement fatigué, tous avaient littéralement perdu la voix au moment d’annoncer le Kunde d’Or 2019. Pourtant, la voix a besoin de pause, de souffle et de concordance. Au regard du fait qu’un scénario de présentation devrait être établi lors de l’arrivée de Floby, les MC qui devraient s’en charger pouvaient se dispenser des autres temps de présentation pour se consacrer à l’essentiel. Mais tout le monde voulait tout présenter.

Une sécurité au rendez-vous uniquement à la porte. Une quinzaine de stands gastronomiques relativement submergés par les sollicitations surtout à la clôture. Les entreprises partenaires ont toutefois tiré leur épingle du jeu, malgré que la procédure doive être améliorée. Car le site du plateau Omnisports de Tampouy est logé dans une zone de résidence et non commerciale. Par conséquent, ce sont les riverains, les enfants et les familles d’à côté qui affluent les lieux. Donc pas assez prospères et florissants. Ils ne viennent que pour voir le spectacle et la consommation est strictement réduite. Contrairement à d’autres sites comme le SIAO, le FESPACO, la Maison du Peuple ou encore le terrain de Bogodogo. Donc, une étude commerciale approfondie doit être menée entre le comité d’organisation, les exposants et les structures partenaires du festival.

Pas besoin de vous conter mots par mots ce que l’auteur de WEDO a fait hier (dimanche) sur le podium du festival. Au risque de me répéter sur le talent intrinsèque de cet artiste hors norme, qui n’a pourtant que 13 ans de carrière musicale.

J’ai vu des femmes portant leur nourrisson bien amarrer au dos, prendre le risque de monter sur les chaises fragiles du sponsor officiel, danser à tout rompre. J’ai vu des jeunes chanter en chœur l’intégralité de toutes les chansons qu’il a entonnées ce soir-là. J’ai vu des fans en délire empiler et soulever les chaises en vociférant en mooré «Nowendé Kundé d’or, Ya fo renda !!!!». Je me suis penché auprès de mon voisin pour qu’il me fasse la traduction….En même temps : j’ai tout compris. Donc, j’suis pas le seul…

Mais néanmoins, ce célèbre chanteur doit souvent penser à faire la pause, afin de reprendre son énergie. Cela va lui permettre de mieux vivre sa musique. Il m’est apparu visiblement fatigué. Cette pause est bénéfique et indispensable pour tous les chanteurs immensément sollicités. Surtout pour prendre bien soin de la voix. Qu’ils s’accordent un petit temps de repos. Bien dormir est important pour recharger les batteries du corps, retrouver de l’énergie, mettre au repos pour repartir de plus belle.

Moi aussi, on me le dit souvent.
LECHAT !

Categories: Chroniques

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


6 + 8 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!