Peut on les appeler producteurs ?

Je me prononce sur un sujet, qui malheureusement fait renifler les acteurs du showbiz sans pour autant, traiter le mal à la racine.

Vous verrez certains récupérateurs véreux se prononcer de façon hasardeuse sur mon post 72h après avoir vu les réactions des autres. Comme le cas de mon dernier post « Le complexe ». Ils vont même jusqu’à me dire que « c’est sur quelle base scientifique je fais de telles affirmations ?  » mais schizophrènes qu’ils sont, ils ne vont jamais admettre la vérité en face.

En effet, je découvre des producteurs de musique inconscients et incapables d’incarner objectivement leurs rôles. Ils prétendent pénétrer l’industrie musicale et le showbiz en particulier comme des gros argentiers qui viennent épanouir les artistes et les acteurs qui y participent. Pourtant, ce ne sont que pures aventuriers animés par d’autres intentions véreuses.

Ils viennent dans le milieu pour assouvir leur ego. Ils n’ont aucun souci pour l’avenir de l’artiste qu’il produise. Ils dépensent inopinément sans plan de carrière ni retour à l’investissement. Ce ne sont pas des mécènes, mais des passerelles de blanchissement. Ils prétendent incarner cette bouée de sauvetage des artistes, mais les résultats sont lamentables.

Rendez-vous compte : ces pseudos-poducteurs récupèrent des artistes en leur promettant monts et merveilles et même l’Eldorado pour après les jeter en pâture.

Ils sont capables de les envoyer séjourner en Côte d’Ivoire au Mali, Ghana, en Europe à des coûts de millions. Leur faire enregistrer dans des studios de renom avec des arrangeurs qualifiés et recherchés. Ils les font faire des des featurings coûteux, pour après, les abandonner sur la touche.

Leur seul objectif, c’est de satisfaire leur ego, avoir du zèle auprès de la communauté. Pourquoi financer à coût de millions l’oeuvre d’un artiste pour après le médire avant la fin du contrat ?

Avant la fin de la collaboration, ils abandonnent et récupèrent un autre artiste. Ce qui les intéresse, c’est le m’as tu vu, et non le succès de l’artiste. Bien qu’ils auraient dépensé des dizaines de millions, ils s’en moquent éperdument.

Il y’a des artistes qui avaient été annoncés en grande pompe par leur producteur avec des grandes campagnes médiatiques à l’appui, mais quelques jours plus tard, ils les vilipendent et récupèrent d’autres artistes. Sans se soucier de la valeur marchande, du gain et surtout du tort qu’ils font subir à l’artiste, ils tournent la page.

Résultat : ils deviennent aux yeux de l’opinion, une médiocre caisse à résonance dont le but n’est que de magnifier son aura. Malheureusement, leurs artistes croupissent dans la précarité et la misère. Ces producteurs vont même jusqu’à médire leur artiste en présence des journalistes.

On ne peut pas envoyer un artiste tout frais payé en Côte Ivoire, au Ghana, Togo ou même en Europe travailler avec des éminents arrangeurs et après l’abandonner à son triste sort en chemin. Pourquoi donc dépenser autant d’argent pour lui et le larguer en chemin ?

Arrêtez de les faire miroiter le succès quand ce n’est pas votre intention. Promettre monts et merveilles à un artiste pour ensuite le conspuer en public, c’est faire preuve de cynisme.

La production musicale est un projet qui doit tenir sur une durée avec un carnet de route bien établi. Il implique une organisation méthodique et surtout, un plan financier régalien.

De grâce, les artistes ne sont pas des balles de ping-pong mais des véritables entreprises culturelles.

LECHAT !

Categories: Chroniques

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


2 + 2 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!