Bilan 2018 de Dez Altino, plus de 200 spectacles en 365 jours

En 2017, le prince national Dez Altino, a enregistré plus 150 spectacles à travers le monde. Du premier janvier au 31 décembre 2018, c’est environ 240 spectacles qu’il a livrés, soit une moyenne de 20 spectacles par mois. A l’exception de quelques shows où le concepteur de « Wend ya Wendé » a accepté de jouer à 400 000 Fcfa en guise de cachet d’accompagnement, la plupart de ses contrats par spectacle gravitent autour de 600 000 FCFA et 1 000 000 FCFA. Un calcul mental nous effectue une opération mathématique approximative de plus de 150 millions de FCFA engrangés en 2018.

Elu meilleur artiste du droit d’auteur 2018 par le Bureau Burkinabè du Droit d’Auteur (BBDA) même avec l’absence de réalisation d’un album au cours de l’année, notre prince national a été l’artiste-musicien qui a touché la part d’auteur la plus élevée en 2018 soit un cumul des trois répartitions annuelles de plus de 12 millions de FCFA. Quoi de plus normal que de se réjouir !? L’année 2018 a été la plus fructueuse de toute sa carrière, a- t-il avoué himself.

Est-ce que ces statistiques surprennent les mélomanes ? Cela fait des années que le chanteur de variété est une icône nationale. Chef de peloton dans le type de musique urbaine d’inspiration traditionnelle, le crooner Dez ne se déplace qu’avec une équipe de 8 personnes minimum (un manager, un musicien accompagnant, 5 danseuses et un chauffeur) dans un cortège de deux à trois voitures. De l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud, tous les coins et les recoins du Burkina Faso ont été parcourus par l’artiste et son staff. Même le Canada et l’Allemagne ont reçu cette année le chanteur burkinabè en prestation.

Dez a confié que ses danseuses gagnent chacune en moyenne plus de 300 000 FCFA par mois. Son manager, son musicien assistant et son chauffeur m’ont également avoué ne pas avoir meilleur traitement ailleurs.

Toutes ces prouesses résultent du fait que Dez Altino n’a jamais pris son métier à la légère, puis que dit-il, « c’est la musique qui me nourrit exclusivement ». Le digne fils de Ouahigouya détient toujours le record du clip le plus couteux au Burkina Faso. Ses deux vidéos réalisées en 2018 « Kongossa » avec Lady Pounce et « Banguin Pinda » sont estimées à près de 20 millions de FCFA. C’est dire à quel point l’artiste est perfectionniste en termes de qualité dans ses œuvres et la moisson ne peut qu’être jubilatoire.

Dez Altino dit vivre pleinement, largement et même amplement de sa musique. Il a pu réaliser en 2018 comme investissement avec ses revenus quatre (4) mini-villas, une maison en R+, une villa pour sa mère et des œuvres sociales en faveur des jeunes démunis. A cet actif, s’ajoute son propre label, lancé en 2018 Altino Production, qui fait dans la production discographique et cinématographique.

Dans son domicile où l’artiste m’a reçu, une salle de répétition est aménagée pour ses propres répétitions et résidences artistiques.

Dez se projette déjà en 2019 avec un album en perspective. Vivement que nos artistes se démarquent et profitent de plus en plus de leur métier comme le prince national durant cette année 2018. Qui dit mieux ? Bravo l’artiste !

Malick SAAGA

Categories: Actualités

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


1 + 2 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!