Village du Basga : Mes 3 artistes que j’attends

Mon regard sera particulièrement rivé sur ces trois artistes, qui, à mon avis méritent plus d’attention de la part des promoteurs de spectacles tant au Faso que dans le continent voire sur l’ensemble de la planète. Elles incarnent à elle 3, une nouvelle génération à la fois talentueuse mais dissemblable et hétérogène.

Il s’agit de NOURAT, MARIAH BISSONGO et ASHLEY.

Le comité est résolument lancée vers d’autres explorations, notamment dans le reggae, le jazz, le blues…

Professeur d’Anglais dans ces moments libres, il était inadmissible que lors de cette 6ème édition du Village du Basga à Zorgho, que cette férue du live ne soit pas présente.

C’est la magie qu’on verra sur scène lors de sa prestation !

La plus chevronnée : Bissongo Mariah.
J’ai souvent envie de dire ;  Somme je l’avais dit avec Idak Bassavé, que «Maria chatait déjà dans le ventre de sa mère». En dehors de la musique, je ne vois vraiment pas, qu’elle autre métier allait-elle exercer ?

Fille d’un artiste musicien, Empereur BISSONGO, l’on pourrait affirmer sans se tromper que Béni-Wendé Mariétou Ouédraogo, dite Maria Bissongo est en train d’assurer une relève sans faille. Mais, elle n’est pas la seule dans la famille. Toute la famille possède une fibre artistique et musicale sans faille qui traverse les frontières depuis longtemps. Mais qui parmi nous ici au Faso en parle ? On attend que cette famille sombre dans l’abime (ce n’est pas d’ailleurs mon souhait) pour commencer à faire des éloges partout.

Dotée d’une voix suave, mélodieuse et nostalgique (surtout quand elle parle des enfants démunis), Maria a su conjuguer cette musique de fusion entre le modernisme et la tradition tout en mettant les rythmes du terroir au centre de son répertoire. C’est elle, à mon avis qui incarne cette véritable identité musicale que nous recherchons tant. Qui vous a dit que la musique Burkinabè n’a pas d’identité ? Ecoutez « Sibdou » ou encore « N’bibé » vous m’en direz davantage.

Grandi à Fada N’Gourma mais yadga d’origine, Maria reflète cette parfaite symbiose d’une culture africaine en miniature. Pas étonnant donc qu’elle glane aujourd’hui de nombreux trophées et représentations à travers le monde : Au risque de me tromper voici quelques-uns :

– Saxo d’or à Jazz performance (Jazz à Ouaga) en 2010,

– Kundé du meilleur artiste féminin en 2015.

– Finaliste aux 7ème Jeux de la Francophonie en France en 2013

– Invitée en prestation devant le Président François Hollande

Artiste assez modeste et singulière mais surtout humble et connue également pour son franc parlé malgré qu’elle dissimule une certaine timidité et une peur quand il s’agit de s’affirmer. Maria est une valeur sure de notre musique.

Et le VILLAGE DU BASGA a vu très juste en l’invitant à cette édition. Le live n’est que son daba. Cette ex sociétaire du l’orchestre national va, non seulement vous séduire par sa danse et des jeux de reins, mais également par sa prestation scénique en complicité étroite avec son orchestre.

La plus jeune : Ashley Ashley
Certes, son ascension, à mon avis, ne souffre d’aucune contestation. Je ne suis pas surpris de ce qu’elle fait. Bien qu’il reste encore beaucoup de paramètres à améliorer. Mais YAMEOGO Assa Aicha dite Ashley peut aujourd’hui se regarder dans une glace et dire, qu’elle est enfin fière d’avoir choisi la musique. Les résultats commencent à se faire sentir, bien que les attentes tardent toujours. Pas une semaine ne s’écoule sans que cette « fille à la guitare » ne soit solliciter sur des scènes soit en live ou (malheureusement) en playback. L’Essentiel est qu’elle est présente.

Depuis bien sur la sortie de son album de 11 titres «bouger » sous le label «Himalaya Groupe», Assa Aicha peut aujourd’hui se targuer de dire que sa «formation » du côté d’Abidjan n’a pas été vaine. Coachée par des icônes de la musique d’ambiance telles que Serges Beneaud, Kedjevara et surtout David Taylrault, ce n’est pas donné à tout aventurier.

De la Soul-Rn’B, Ambiance facile, du tradi-moderne, tous chanté en plusieurs langues (Français, Mooré, Dioula), Ashley porte une double casquette : Elle peut aussi bien se métamorphoser en artiste d’opéra avec Guitare acoustique ou encore en show-girl ambiance facile hyper sensuelle. Elle fait d’ailleurs partie des tops 3 des artistes féminines burkinabè les plus fashion.

Certes, la plus jeune de ce VILLAGE DU BASGA, Ashley viendra nous apporter cette fraicheur et cette jeunesse féminine qui monte et qui monte toujours !

A 48 heures de la grande échéance, le VILLAGE DU BASGA du côté de Zorgho, est en train de faire peaux neuves.

Bonjour les délires des grillades et du houblon ! Bonjour les rencontres fortuites ni vues, ni connues ! Bonjour les décibels !

LECHAT !

Categories: Chroniques,Uncategorized

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


9 + 4 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!