Absence de la Musique Burkinabè: « On fait du business » je rigole!

Il y a réactions que je lis dans certains de mes posts qui ne méritent jamais que je réagisse. Mais celle ci, venant surtout de certains promoteurs de maquis et spectacles me pousse franchement à réagir. Il faut qu’on pose ce triste débat de la musique burkinabè !

Quand j’entends certains se morfondre sur cette rhétorique en affirmant que la musique burkinabè ne se jouera que quand les burkinabè vont aimer leur musique. Pis encore que les maquis font du business, c’est quand elle va prendre que « nous la jouerons » il y a de quoi que prendre un coup de vieux !

Donc il faut croiser les bras et attendre que la musique burkinabè prenne seule son envol et ensuite les businessmen des maquis vont ensuite jouer cette musique ? Qui doit promouvoir la musique burkinabè ? Les autres et non vous ?

Vos DJ qui sont acculturés et obnubilés pour la musique ivoirienne devraient être les premiers consommateurs de notre musique. La musique sénégalaise, malienne, nigériane et surtout camerounaise a pris de l’envol par ce que l’opinion nationale et surtout les animateurs et autres s’en sont appropriés.

Ils utilisent le langage et l’argot du pays. Ils font des animations à la fois en wollof, camer, bambara ou noutchi dans les radios et maquis. Nous ici, si tu n’as pas l’accent et le look ivoirien on te prend pas dans une discothèque.

Quand allons nous affirmer notre identité comme le fait les maliens chez eux ? Les camerounais chez eux ? Les sénégalais ou les nigérians chez eux?

On a eu des excellents animateurs moorephone comme PETIT MENTEUR paix à son âme, qui avec son accent a su se faire une place et surtout su promouvoir la musique burkinabè. Nous avons l’homme de Savane qui est adulé de nos jours. Pourquoi ne pas introduire aussi des animations ou DJ morephone, dioula dans vos shows ? Vous verrez des milliers de consommateurs dans vos soirées. On peut aussi animer en introduisant des phrases en moore, dioula et autres.

Natou, Alassane Zorgho, Maya Maya, Habibou Sawadogo, Dez Altino, Awa Nadia….remplissent les stades et spectacles au Faso. Mascotte et Cocktail, les 12PCA, FAMA, remplissent leur soirée uniquement avec la musique burkinabè. Pourquoi voulez-vous que les autres se battent pour ça et vous, vous croisez vos bras en attendant que ça marche pour que vous commencez à jouer ? Soit disant que vous faites du business !

Tenor, Lady Ponce, Léo, Charlotte Dipanda ont camerounisé leur style de musique avec surtout la complicité des journalistes, animateur et DJ et ç’a marché. Yemi Alade, Davido, Don Jazzy, P Square… on nadjaiisé leur style et paf ! c’est parti grâce à cet élan de solidarité du peuple. Tout comme au Mali depuis des lustres. Nous ici, on est victime du complexe des autres à telle enseigne que l’on commence même à faire la promotion des repas des autres. À cette allure nous allons commencer à parler la langue de nos voisins comme nous on fait les colons.

Tu arrives dans un maquis un lundi ou un autre jour, les DJ te pompent les oreilles avec des prochains rdv de la « matinée zouglou » qui va se dérouler dimanche prochain dans une semaine. Ils ne te parlent que des programmes Zouglou, comme si ce n’est que cette soirée qu’on attend.

Et ce qui me miche davantage, ce sont des responsables des maquis, des promoteurs de spectacles locaux, des intellectuels qui me disent que c’est la loi du marché et c’est du business !! Comme si, ils n’ont rien à foutre quoi ?!!!!! Ils sont des véritables attentistes et observent les tendances qui marchent pour se faire des sous.

Pourtant ailleurs, c’est la volonté patriotique qui les a amené au sommet.

Le Chat !

Categories: Chroniques

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


8 + 6 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!