Jardin de la musique Reemdoogo : La sexualité à la belle étoile

Cette année, marque exactement les 13 ans d’existence du jardin de la musique Reemdoogo.

Conçu essentiellement dans le but de favoriser le développement musical en mettant auprès des musiciens des infrastructures et du matériel de musique adéquats pour leur épanouissement dans le but de professionnaliser la filière, aujourd’hui, ce cadre est en ruine.

Il faisait la fierté du Burkina et surtout de l’Afrique de l’ouest. Le public y venait aussi juste pour visiter malgré que certains n’étaient pas artistes.

Au delà de la dégradation du matériel et de ses infrastructures, cet ex joyau architectural est devenu un dépotoir d’immondices et d’excréments. Même le fameux jardin resplendissant qui donnait le nom de cette bâtisse, est devenu chauve et asséché.

Les salles de répétition sont devenues des fourneaux et le seul matériel qui fonctionne encore là-bas relève d’un exploit.

Ce qui est scandaleux, ce sont les scènes pitoyables qu’on observe de façon récurrente dans cet espace. Des ébats sexuels en pleine journée où parfois des jeunes couples se culbutent soit derrière un studio (on en a surpris un, en plein extase il ya 3 jours dans la chaleur de 11h), soit même dans les coulisses délabrées de la scène. Les jeunes ne viennent pas seulement pour répéter mais aussi pour assouvir leur besoins sexuels.

Ce n’est donc pas étonnant que les artistes qui prestent dans cette cuvette du Reemdoogo, les résultats se soldent toujours par des échecs. Ils ne peuvent plus créer dans ce climat malsain. Ce sont des échecs collatéraux de leurs productions.

Nos infrastructures culturelles se dégradent ! On n’en construit pas. Aucune maintenance n’est opérée. Aucune salle de spectacle digne de ce nom n’a été construite depuis celle de 2004.

Et comment est-ce que vous voulez que nos artistes créés ? Ce n’est donc pas étonnant que notre musique et nos artistes musiciens soient des abonnés absents sur des scènes internationales.

On se contente de nous berner nous-mêmes en faisant des piteux spectacles dans les provinces en disant que notre musique et nos artistes se portent bien.

Continuons toujours à se réjouir dans cette forme d’autosatisfaction qui nous enfonce toujours dans la médiocrité.

Le Chat !

Categories: Chroniques

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


6 + 8 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!