« Le fespaco n’est pas un festival de musique. »

Fespaco-2017-Women-FemmesDepuis une semaine une polémique sur les prestations d’artistes (musiciens) pendant le FESPACO secoue le milieu de la culture. Je me suis gardé de réagir par principe : ce que je ne connais ou ne « crois pas connaitre » je ne me prononce pas.

Je tiens à réaffirmer le caractère objectif de mon post pour la simple raison qu’il ne concerne pas ma petite personne mais une composante de la société burkinabè..
Je tiens aussi à me démarquer de certaines critiques stériles dans le simple but de nuire aux intérêts d’un individu ou un groupe d’individus (je ne le dis pas par peur, qu’est-ce que je risque). Mais s’il y a des citoyens qui se sentiront visés, qu’ils sachent, qu’ils le sont par le simple fait qu’ils occupent une fonction publique.

Au mois de juillet 2016 le gouvernement burkinabè accordait une aide à trois réalisateurs burkinabé pour la réalisation ou pour les aider à réaliser leur film dans la perspective du FESPACO. A son temps, j’ai dit à qui veut l’entendre que c’est du gâchis. Parce que, des trois réalisateurs soutenus personne n’avait encore planté son décor de tournage pour le premier plan. Donc accorder une aide de ce genre à 6 mois du FESPACO avec un décaissement jeté aux calendres grecs, ne permettra pas à ces réalisateurs d’être artistiquement et techniquement prêts pour le FESPACO. La résultante est qu’on accorde des aides poisons à des réalisateurs qui n’ont pas objectivement le temps matériel nécessaire pour un bon travail.

Les montant alloués sans vouloir que l’Etat ne se substitue aux producteurs est dérisoires (50 000 000 francs CFA) par réalisateur soit 150 000 000 F. Comparativement à leurs collègues d’autres pays de l’espace UEMOA comme le Sénégal (un milliard) c’est dérisoire. Mais la plus belle du monde ne peut donner que ce qu’elle a, mais qu’elle donne à temps.

Le décor est planté !

Paradoxalement le comité d’organisation du FESPACO 2017 dans son volet animation publique, retient 235 artistes, troupes et humoristes, composés comme suit :
– Plateau d’animation de la MAISON DU PEUPLE, prestation en play-back, 121 artistes avec un cachet (mes suppositions) 200 000 francs par artiste soit un montant estimés à 24.200.000 francs.

– Plateau d’animation du siège du FESPACO, prestation en live, 28 artistes avec un cachet (mes suppositions) 500 000 francs par artiste soit un montant estimés à 14.000.000 francs.

– Plateau d’animation de l’Avenue KWAME N’KHRUMA, prestation en semi-live, 47 artistes avec un cachet (mes suppositions) 300 000 francs par artiste soit un montant estimés à 14.100.000 francs.

– Les HUMORISTES, 14 artistes, avec un cachet (mes suppositions) 500 000 francs par artiste soit un montant estimés à 7.000.000 francs.

– Les TROUPES TRADITIONNELLES, 18 troupes, avec un cachet (mes suppositions) 1.000 000 francs par artiste soit un montant estimés à 18.000.000 francs.

– Les artistes retenus pour l’OUVERTURE , 4 artistes, avec un cachet (mes suppositions) 1.000 000 francs par artiste soit un montant estimés à 4.000.000 francs.

– Les artistes retenus pour la CLÔTURE, 3 artistes, avec un cachet (mes suppositions) 1.000 000 francs par artiste soit un montant estimés à 3.000.000 francs.

Au final, le volet animation devra coûter au FESPACO 2017 selon mes suppositions dans son volet cachet des artistes (sans parler de la LOGISTIQUE D’ANIMATION), au bas mot 85.000.000 francs CFA.

Analyses et critiques :

La première remarque qu’on fait est que la fête du cinéma se transforme en fête de la musique.

Combien de plateaux de projection gratuite dans les quartiers de Ouagadougou sont prévus pour les films qui ne sont pas sélectionnés pour l’étalon et le panorama ?

Pour rester dans l’esprit du FESPACO, n’était-il pas mieux de maximiser sur la promotion des films que de privilégier le côté foraine de la chose, qui à mon avis n’apporte rien au cinéma, même si la musique est une partie intégrante du film ?

Mes amis de la musique ne m’insulter pas beaucoup, mais admettons que le FESPACO n’est pas la SNC. Les funérailles de mon voisin sont mes funérailles mais ne sont pas les funérailles de ma famille, car mon voisin n’est pas de ma famille même si nous habitons le même village. Je peux l’aider mais avec un minimum de retenu pour ne pas offusquer la famille du défunt.

Il était plus judicieux à mon sens de diminuer le nombre des artistes et soutenir plus les réalisateurs ou organiser plus de séances de projections publiques gratuites sur les réserves des quartiers de Ouagadougou. Et, cela dans l’esprit du FESPACO car il y a gens dans cette ville qui peuvent faire dix ans sans aller au ciné.
Vivement qu’on revoit l’organisation de cette manifestation en recentrant sa nomenclature sur l’essentiel.

Adama Pamtaba

Categories: Actualités

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


4 + 2 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!