CENASA : Que mettra-t-on dans cette belle enveloppe ?

CenasaLe Centre national des arts du spectacle et de l’audiovisuel (CENASA) a rouvert ses portes le 17 février dernier. Fermé pour des travaux de rénovation, il y a 8 mois, au moment où Seydou Zongo allias Zêdess prenait les reines de cette institution culturelle et artistique, on peut affirmer sans fausse modestie que la salle du théâtre Koamba Lankouandé est fin prête. Au regard des habits neufs qu’elle porte dorénavant, je suis tenté d’affirmer que, les vrais défis de ce centre se trouvent dans son enveloppe.

Le CENASA est un établissement public à caractère administratif qui intervient, exclusivement dans les arts du spectacle et de l’audiovisuel, notamment avec deux grandes entités qui forment ses maillons forts à savoir : l’Orchestre national et le Ballet national. Ses missions sont essentiellement basées sur la promotion de la culture nationale aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Le volet régie lumière et les questions liées à la production aussi bien des œuvres musicales que des clips et spots publicitaires et de tout ce qui est lié à l’audiovisuel font partie de ses attributs.
Il serait tord de circonscrire le CENASA dans une politique commerciale limitée sous la forme de location de salles et de matériels comme nous avons eu l’habitude de le voir par le passé. Une redéfinition des tâches et une redynamisation des Ensembles artistiques nationaux devraient être aussi l’autre challenge majeur de cette nouvelle direction. Car le CENASA et je le répète, repose sur ses ensembles artistiques nationaux. Il est avéré que le Burkina Faso est, avant tout, riche de sa culture et de ses hommes, par conséquent, on devrait ressentir et de façon tangible ce bouillonnement des différentes expressions culturelles dans nos espaces publics.

Des efforts sont faits par le Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme notamment pour accompagner ces nombreux et talentueux artistes. Mais il manque encore un cadre adéquat qui puisse permettre à ces hommes et femmes qui font notre fierté de pouvoir véritablement s’exprimer. Il s’agira donc pour le CENASA d’être cet espace idéal d’expression et de promotion des différents groupes artistiques de nos terroirs et cela dans une dimension de synergie en vue de traduire au quotidien l’unité culturelle nationale, cela, aussi bien dans une perspective de développement de nos expressions culturelles que d’ouverture sur d’autres horizons. C’est véritablement à cela que Zêdess doit normalement s’y atteler.

Je pense, à mon avis que notre culture doit aller plus loin et cela avec l’apport des nouvelles technologies de l’information et de la communication. En Cenasa Zedesscette nouvelle ère, il serait bien dommage de ne pas s’inscrire dans cette dynamique. Je parle bien évidemment d’un site internet fiable et fonctionnel disposant des donnés de bases et des informations conséquentes et actualisées au jour le jour concernant les activités non seulement du CENASA mais également tous les évènements culturels qui incombent cette institution (Le SIAO, le FESPACO, la SNC, la Fête de la Musique, Trésors du FASO, le SITHO, les 11 Décembre…). Toutes informations (sélections, appel d’offres, spectacles, concours, recrutements…) doivent être présentes sur ce site et pages facebook du CENASA, évitant des malentendus et quiproquos.

J’avoue aussi que cette dernière décennie, notre pays connaît une grande effervescence dans les domaines artistiques et culturels. Beaucoup de jeunes se lancent dans ce créneau, avec certes des talents, mais sans toujours disposer des rudiments nécessaires pour entreprendre une bonne carrière. Je me réjouis parallèlement de la rénovation de L’Institut National de Formation Artistique et Culturelle (INAFAC), qui malheureusement éprouve plus ou moins les mêmes difficultés que le CENASA (je les avais énoncés lors de mes précédents posts).

Je rêve (I have a dream) de voir un CENASA en pleine activité avec un Théâtre national aux normes internationales des opéras. Avec des philharmoniques, symphoniques et autres auditoriums, comme il n’en a jamais existé au Faso. Le ballet national et l’Orchestre National qui auront retrouvé leurs lettres de noblesse. Accompagnant toutes les grandes cérémonies et même les artistes musiciens lors des cérémonies officielles en live bien évidement.

Savoir d’où l’on vient pour tracer le chemin qui nous reste à parcourir, c’est emprunter résolument la meilleure voie pour un développement harmonieux et un plein épanouissement.

Il n’y a rien de plus beau qu’un peuple fier de sa culture. C’est en magnifiant la culture et les arts, que nous répandrons les graines de la tolérance et de la cohésion sociale.
Le CENASA sera alors en ce moment, le fleuron de notre identité culturelle et une ouverture vers les autres cultures.

Jabb’Art !

Categories: Chroniques,La plume de Jabbar

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


4 + 8 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!