Sofiano : Je te propose la règle de 4

Sofiano«Ne Yam Daabo» en langue mooré signifie «Avec votre assentiment» est le titre éponyme du deuxième album que Sofiano a présenté le jeudi 20 octobre 2016 à l’Institut burkinabè de Ouagadougou devant une meute de journalistes dont certains étaient revanchards suite à ses récentes déclarations.

Sofianou Kanazoé dit Sofiano n’a vraiment pas quitté le devant de la scène. Ces nombreuses frasques, singles et collaborations l’ont toujours maintenu dans l’engrenage du showbiz. Sollicité régulièrement grâce à son talent vocal, Sofiano reflète la nouvelle tendance musicale teintée de rythmes du moment dénommés «Ambiance facile».

Après «Dossé» son premier album sorti en 2011, l’artiste s’est révélé grâce à son concept «Yin san…laafi !» qui a fait des vagues sur l’étendue du territoire national. Révélé par l’indéboulonnable Papus Zongo (qui fut son premier producteur), Sofiano a été honoré lors des Kundé 2015 (meilleur Révélation et Espoir). Sa notoriété grandissante lui a valu une considération artistique raisonnable. Le natif de Pouytenga revient au devant de la scène avec un deuxième album intitulé «Ne yam daabo» composé de 16 titres.

C’est en toute désinvolture qu’il a fait appel à quatre arrangeurs à savoir : Doctoré, Ariel Sheney, Eva et Esaie sous la direction managériale d’Universal Music Corportate et l’album a été édité par la structure «No Limit Consulting» d’Ibrahim Zerbo dit PDG. La particularité de cet album réside dans son contenu. Interprété en mooré, dioula et français, l’album de Sofiano aborde des thématiques variées notamment l’amour, la paix, l’unité, l’argent, la mort, le respect, la tradition… Les artistes-musiciens Ariel Sheney et Imilo Lechanceux ont collaboré dans cet opus. Certaines chansons comme «Bola», «Zabdamin », «Tchiengué», «Gounaga», «K-dancé» ou encore «Galacé » sont déjà appréciés par ses fans. Selon son staff et surtout Sofiano, cette dédicace avait une double signification. Rencontrer la presse après sa déclaration sur les réseaux sociaux était une occasion rêvée pour lui de présenter ses excuses. Bénéficiant également du soutien de Floby, Agozo, Dez Altino, Sofiane voudrait repartir sur de bonnes bases avec un nouveau staff.

Mais repartir sur de bonnes bases nécessite une véritable prise de conscience de sa part. Je doute fort que Sofiano, s’affiche désormais en gentleman, bien au contraire, son caractère fait son identité. Il recevra à chaque frasques et déboires des flèches sur son parcours et tant mieux pour les buzzmen.

C’est avec une main de fer dans un gang de velours qu’on peut et doit gérer SOFIANO et non en béni-oui-oui.

Quant à la pléthore de ses titres qui sont d’emblée très relevés, notamment les titres comme « Bola » et « je t’aime » que je raffole énormément, ils ne sont pas forcément un handicap pour sa carrière. Il serait préférable qu’il fasse de façon crescendo, la promo de chaque titre tous les quatre mois. Au lieu de jeter en pâture tous les tubes sur les ondes.

Ces 16 titres peuvent être à mon humble avis, des pépites d’or pendant au moins deux ans de promo. En raison d’un titre tous les 4 mois (une sorte de règle de 4). A chaque vidéogramme, il fait une large promo sur les ondes et ça permettra aux mélomanes et à ses fans de suivre progressivement ses chansons. Au bout de 2 ans, il aura fini de dompter le peuple burkinabè par ses titres. Mais s’il joue au « farfelu » en balançant à tout-venant dans un désordre comme on le connaît, avec la complicité de son jeune manager inexpérimenté, je crains fort que ce second album de bonne facture ne disparaisse aussi tôt comme il a été présenté dans le bastion de Georges Kabore (Institut Burkinabè).
Jabb’Art!

Categories: Actualités

Tags:

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


1 + 9 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!