Floby : J’ai déposé des briques pour construire Sofiano !

Floby2Après l’interview d’Abou Sofiane Kanazoe, il fallait forcément s’attendre à une réponse du staff du célèbre Floby. Non seulement, le staff m’a interpellé quelques minutes après ma publication, mais le lendemain, j’ai été convié devant 25 personnes du staff qui entoure l’artiste à la cafète de la TNB. A ma grande surprise, je m’attendais à rencontrer son manager/producteur, l’incontournable Papus Zongo, mais j’ai également croisé en personne Floby. Comble des choses, c’est Floby lui-même qui m’a accordé une interview.

Le «wedo» national a enfin délié sa langue sur les relations qui le lient avec son «jeune frère » Sofiano. Avec toutes mes excuses au préalable, il y a des révélations d’ordre privé que le Kundé d’Or 2010 m’a donné sur Sofiano, que je me permettrais de ne pas vous dévoiler. Mais j’ai appris des choses dans le showbiz. Ce qu’en 16 ans de métier au Burkina Faso, je n’avais jamais vécu. Vivez plutôt cet entretien exclusif avec l’auteur le «Kiroukou» d’Afrique. Exclusif !!!!!!

Je me réjouis sincèrement de cette interview exclusive que vous m’accordez relative aux propos tenus par l’artiste Sofiano à votre sujet. «Buzzmanquiment» parlant, quelle est votre réaction à chaud ?

Jabbar, avant de commencer je te salue pour cette approche et cette lucidité que tu apportes dans le milieu culturel burkinabè et mondial. J’ai lu comme tout le monde, par le biais d’un ami, cette publication que vous avez faite sur la toile hier me concernant. Bon… tout d’abord, j’ai voulu répondre, mais je me suis dit…je ne voudrais pas en faire un buzz ou un problème. Car en mooré, on dit ; le grand-frère est une poubelle où on jette tous les ordures. Mais souvent trop bon…trop con ! Les relations entre Sofiano et moi ont commencé en 2007 quand j’étais déjà sur la scène. C’est un petit qui est monté sur scène quand je prestais à Pouytenga car il voulait interpréter une de mes chansons. Mon manager à l’époque qui était Ben Kelly a refusé. Mais malgré son insistance, j’ai accepté qu’il interprète ma chanson «Wedo» qu’il a bien à bien chanté d’ailleurs et par la suite, j’ai accordé un intérêt sur lui. Un de ses quatre matins à Koudougou, j’y étais pour un concert, je l’ai croisé, il était tout amaigri et je lui ai demandé ce qu’il faisait ici. Il m’a dit que ça ne va pas, mais qu’il a besoin de soutien. Je lui ai dit, si ça ne va pas, rentre à Pouytenga, au moins la famille sera à tes côtés. Il m’a dit qu’il n’avait pas de transport et je lui ai aidé financièrement pour qu’il rentre au village.

Lors d’un de mes spectacles à Pouytenga plus tard, il est revenu me voir pour m’expliquer ses projets. Je lui ai donc informé que je suis en train d’ouvrir mon maquis «Yombo» à Ouagadougou et qu’il pourrait, à temps opportun venir y bosser pour gagner quelque chose. Plus tard, il est arrivé au Yombo sans avertir, avant même que le maquis ne soit ouvert et il a commencé à travailler en qualité de DJ. Logement et toutes les autres commodités ont été pris par moi. De fil en aiguille, Commandant Papus a décidé de le produire et voilà ! D’aucuns avançaient de gauche à droite qu’il me ressemble et qu’il est mon frère pourtant, nous n’avons aucun lien de parenté. Aujourd’hui, franchement, il est une fierté pour moi car j’étais content qu’on l’identifie à moi car il chante bien. Quelques mois et années plus tard, le jeune frère a commencé à se comporter comme un malotru. Mais, je vous assure, depuis ces années jusqu’à ce jour où je vous accorde cette interview, je ne lui ai jamais adressé la parole à ce sujet ou encore moins lui manquer de respect, ne fusse que c’est mon petit frère. Les seuls conseils que je lui donnais, c’est quand il portait un écart de langage vis-à-vis de ces interlocuteurs. Mais j’entendais toutes les calomnies qu’ils avançaient sur mon dos. Je n’ai jamais réagi ! Car j’ai tenu une promesse vis-à-vis de Dieu, que je ne serai jamais la cause du malheur de mon prochain. Je reçois beaucoup de coups dans ma petite carrière mais c’est très dur de me voir réagir ! Il est vraiment temps que je parle.

Floby SofianoBeaucoup de mots me sont arrivés à son sujet me concernant. Ce sont les gens qui viennent m’en parler, mais j’ai le téléphone de Sofiano, je ne l’appelle pas pour ça pour lui demander ceci : «Vient petit, dis-moi qu’est-ce que tu as dit ? ». Je ne l’ai jamais fait ! Pourtant quand on se croise, je lui accorde tout mon soutien, ma collaboration et mon accompagnement. Mais quand j’ai entendu des propos comme : Arrivé en Côte-d’Ivoire, un producteur a décidé de le produire, en l’écoutant chanter, le mécène a constaté du Floby en lui. Il lui dit qu’il me ressemble et chante comme moi et s’il connaissait Floby ? Il a répondu qu’il ne me connaît pas. Pire encore, chez moi à la maison, un artiste burkinabè a demandé un feat avec Sofiano. Après avoir accepté, malheureusement, le jeune artiste avait cité mon nom dans son tube, Sofiano est allé lui dire que, s’il n’enlève pas mon nom dans cette chanson, il ne chante pas. Le petit est venu m’en parler et je lui ai répondu que s’il tient à son feat avec Sofiano, qu’il enlève mon nom. Je n’en ai pas fait un problème ! Je n’ai pas le temps pour ces futilités, je travaille ! Pourtant, je pouvais bien lui demander car Sofiano vient régulièrement chez moi à la maison. Certaines personnes de mon staff m’ont suggéré de lui interdire l’accès à mon domicile, mais j’ai refusé car ils n’ont pas le droit d’interdire les gens chez moi. Il vient chez moi, mais je ne lui ai jamais rien dit, pourtant j’entends tout ça !

…Il a évoqué la naissance de la Floband. Comment ce concept est né ?

J’ai vu dans votre écrit que c’est lui qui a créé la Floband. Pourquoi ne pas créer SofianoBand ? Ça me fait franchement rigoler ! La Floband, Jabbar… si vous vous en souvenez, vous avez fait un post concernant la dénomination du terme FLOGANG au départ. Vous avez critiqué l’appellation et c’est la raison pour laquelle, nous avons adopté FLOBAND. Mais bien avant, c’est Commandant Papus qui avait eu l’idée au départ de ma carrière, de créer la WEDOBAND pour associer l’orchestre. Vous en êtes un témoin et je ne refuse pas les critiques surtout quand elles sont constructives.

…Et concernant le tube «Na touman-touman » ?

Il dit que le tube a été créé par eux ! J’ai un témoin, Yannick. Ce morceau, je l’ai chanté seul dans ma douche pour après, lors du mariage du frère de mon ancien manager Clovis, je l’ai proposé à la Floband afin qu’on l’entonne ensemble. Papus séance tenante, a décidé de produire ce tube. Mais si jusqu’à présent, ce tube n’a pas de clip, c’est simplement parce que Sofiano a refusé de venir au tournage sans donner la moindre raison. S’il estime que j’ai escamoté son tube, c’est au BBDA qu’il devrait se plaindre. Pourtant il vient tous les jours chez moi dans mon studio, pour me supplier d’enregistrer des titres avec mon arrangeur Petit Jeannot pour son prochain album…

Ah bon ? Mais il possède un studio…

Hier (NDLR : l’interview s’est réalisé le 12 août 2016) il était chez moi et il a travaillé dans mon studio jusqu’à 16h. S’il possède un studio, je n’ai pas vu ! Mais en tout cas, il travaille dans mon studio avec mon arrangeur. Même son clip, il est train de négocier avec mon réalisateur Fabrice the Best.

Comment se fait-il qu’il raconte autant de choses dans la rue et aux journalistes, pourtant il vient tous les soirs chez vous ?

Mais c’est l’hypocrisie !!!! C’est l’hypocrisie de l’homme ! Ma grand-mère m’a toujours dit que si tu oublies tes débuts ou tes origines, tu seras perdu dans ta vie. Jabbar… dFloby3emandez à tous mes devanciers, je n’ai jamais manqué du respect à quelqu’un ! Jamais ! J’ai toujours respecté tout le monde. Du plus grand au plus petit, j’ai toujours respecté tout le monde. Je n’ai pas de problème avec quelqu’un…Demandez à Koro Yoni. Yoni a déposé ces briques pour me construire et je ne lui manquerai jamais au grand jamais, du respect ! Sofiano ne me dira pas le contraire que je n’ai pas déposé des briques pour le construire. Je n’arrive pas à comprendre que ce jeune frère me poursuit presque jours et nuits afin que je sois le parrain de son deuxième album et dans mon dos, il raconte tout cela ! Pourquoi ne pas venir chez moi m’en parler ? Pour après dire à la presse qu’il n’a pas été bien encadré ?

Pour terminer, est ce que vous avez un message de grand-frère que vous voudriez bien lui lancer ? Car c’est vous qui l’avez amené au-devant de la scène.

S’il veut se ressaisir, ce n’est pas de cette façon qu’il pourra redorer son blason. C’est difficile de réveiller quelqu’un qui ne dort pas. Sofiano ne dort pas, comment va-t-on le réveiller ? On n’oublie pas d’où l’on vient. S’il dit qu’il a été mal encadré, qu’il change de comportement si ça ne vas pas ! Il est adulte, ce n’est pas un gamin de 10 ans. Il est la cause de ce qui lui arrive, il ne faut pas qu’il jette l’anathème aux autres. Si c’est un artiste qui voulait être encadré, on allait l’encadrer. Il y a des artistes qui ne valent pas son talent, mais ils sont bien encadrés car ils se comportent bien. Sofiano est une perte s’il ne se ressaisi pas ! Il faut qu’il se réveille car si ça traine, ça sera très douloureux pour lui. Le temps va passer et ce temps, on ne le rattrape pas ! Ressaisi toi petit ! Bosses et continues à bosser !
Jabbar !

Categories: Actualités

Tags: ,

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


3 + 2 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!