Patrimoine musical malien: Après on va dire que je parle trop!!!!

13220898_10207879021125238_283971928818069233_nNon franchement quoi!!!! C’est pas la peine!!! On va beau écrire, parler, s’engueuler, critiquer et les gens ne veulent pas changer quoi????? Nous sommes des acculturés ou quoi?

Rendez-vous compte, il est 22h, après le dernier repas et rencontres d’échanges dans un restaurant malien bon chic bon genre de la place. Pendant que notre chauffeur nous ramenait dans nos appartements, je lui demande de me conduire dans les endroits chauds de la ville juste pour prendre le pouls de la cité quoi…Sans hésiter, il me cite 3 coins: le Biblos, le Songoy et Delestus, mais il me suggère de me munir avec mes pièces d’identité car la police inonde les rues le soir.

Sachant que les différents endroits cités sont tous opposés, il me suggère de prendre un taxi. Ce que je fais dès qu’il me dépose. Arrivé justement au Delectus. Ma surprise fut grande. Dès que je veux faire mon entrée dans cette gigantesque boite de nuit huppée, j’attends à partir du portillon, des décibels ahurissants provenant de l’intérieur. Une sorte de musique mandingue. Une fois à l’intérieur, c’est un orchestre au grand complet qui joue de la musique exclusivement mandingue. Sidéré, j’ai demandé au concierge si je pouvais prendre les photos, il a toute suite invité l’artiste à ma table afin que je lui pose moi-même la question. C’est sans hésiter qu’il a approuvé.

Je dis bien toute la nuit, on ne jouait que du mandingue en live devant une foule bigarrée. ça ne causait que Dioula et je comprenais que dalle. l’orchestre était au grand complet y compris les danseurs. Et les artistes se succédaient régulièrement sur la scène. « Vraiment quoi!!!! mon Faso lààà! Je ne comprends pas » me suis-je exclamé seul à telle enseigne que la serveuse pensait que je lui adressait la parole. je me suis immédiatement excusé auprès d’elle.

Même son de cloche du côté du Biblos. Du mandingue ou rien!!! du BCBG en mode Dioula! Soient habillé en tenue branchée européenne ou américaine mais surtout en afritude (Basin de tout genre), les bamakois étaient au firmament de leur art. C’est de la musique en malinké fredonnée devant un orchestre par les jeunes filles et garçons. On se lève, on prend le micro et distille une voix incroyable, bien posée, juste impéccable muni de la kora, du Kundé (qu’on cache à Ouaga dans nos grandes cérémonies) ou encore des instruments modernes sans oublier la percu. « Vraiment!!!! Mon Faso là quoi!!! »

Au Songoy pas la peine!!! c’est l’anthologie de la musique mandingue qui m’a bercé les oreilles jusqu’à l’avènement de la pluie tard das la nuit. On ne fait que du live dans les boites de nuits et les bars dancings. basin, jeans taille basse, chemises décolletées laissant apparaitre les nibards sur des bustes jaunâtre des donzelles. des liqueurs et cigarettes par ci, mais… on n’écoute que de la musique du terroir.

Vraiment quoi!!! mon Faso lààààààà!
Jabbar!

Categories: Chroniques,La plume de Jabbar

Commenter

Votre E-mail ne sera pas communiqué.


9 + 9 =


Newsletter

Tackborse musique et video du burkina   

Entrez vous adresse E-mail pour rester connecté

  • Vidéos
  • Musique
  • Clips
  • Actualité

Soyez les premiers informés des nouveautés sur le site 100% Culture du Burkina Faso

S'abonner!